IAC Insémination Artificielle Intra-utérine avec Sperme du Conjoint

Si l’altération du sperme est légère et les examens de la femme sont normaux, cette technique peut vous aider.

Indications:

  • Facteur masculin léger-modéré.
  • Facteur cervical.
  • Facteur immunologique léger-modéré.
  • Échec des rapports sexuels programmés.
  • Vaginisme.
  • Troubles de l’érection.

Contre-indications:

  • Facteur tubaire bilatéral.
  • Facteur tubaire-adhérentiel.
  • Endométriose sévère.
  • Facteur masculin sévère.
  • Facteur immunologique sévère.

Technique:

  • Nous devrons procéder à une induction de l’ovulation dès le deuxième jour du cycle par l’administration de gonadotrophines recombinantes (FSH) en protocole «step-down».
  • Le monitorage du traitement inducteur consiste à évaluer la croissance folliculaire par échographie vaginale ainsi que le dosage d’estradiol sérique.
  • En général, trois contrôles cliniques en moyenne sont nécessaires pour planifier l’insémination.
  • Lorsque la taille du follicule, mesurée par échographie, atteint entre 18 et 20 mm de diamètre, on procède alors à l’injection d’une dose de 5 000 UI d’HCG d’origine recombinante et on programme deux inséminations intra-utérines sur 2 jours consécutifs. Chaque insémination requiert un lavage et une capacitation du sperme avant de le déposer dans la cavité utérine à l’aide d’un cathéter spécial. Cette technique ne requiert aucune intervention chirurgicale ni analgésie, il s’agit donc d’une intervention ambulatoire qui se pratique dans le cabinet même du gynécologue.
  • Si les règles ne surviennent pas au bout de 14 jours, un test de grossesse urinaire sera effectué afin de déterminer la présence de Beta HCG.

Si la grossesse ne se déclare pas, on commence un nouveau cycle dès le deuxième jour des règles.

Résultats:

Dans notre Unité, pour chaque cycle ou tentative, la possibilité de grossesse est d’environ 27%. Nous réalisons actuellement 3 cycles d’insémination, chacun compte 2 inséminations, en atteignant un taux cumulé de grossesses de 65%.

Complications:

  • Grossesse multiple dans 22% des grossesses obtenues.
  • Syndrome d’hyperstimulation ovarienne sévère dans 1% des cas, essentiellement chez les patientes de moins de 30 ans ou les patientes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques.
  • Possibles troubles psychologiques dus aux échecs à répétition.
Investigación quirón URA