Transfert d’embryons vitrifiés

Les techniques de cryopréservation ont considérablement évoluées depuis 1983 lorsqu’a été obtenue la première grossesse par cette technique. Jusqu’à présent, aucune donnée n’appuie le fait que les enfants issus d’une congélation d’embryons soient plus porteurs d’anomalies.

De nos jours, la cryopréservation d’embryons à différents stades de développement est possible, aussi bien au stade de deux pronoyaux (24 heures après la fécondation) que de blastocyste (embryons de 5-6 jours). Mais dans ce processus, seulement les embryons de bonne qualité seront sélectionnés.

Indications

  • Transfert d’embryons de manière différée.
  • Restants du cycle. Après un traitement de stimulation ovarienne reçu par une patiente en vue d’un cycle de fécondation in vitro, on obtient, en moyenne, entre 10 et 12 ovocytes et on peut espérer que seulement 6 ou 8 d’entre eux seront correctement fécondés. Après un transfert de 3 embryons maximum dans l’utérus de la femme soumise au traitement, les embryons surnuméraires, si leur qualité le permet, peuvent être cryopréservés.

Préparation de la réception d’embryons congelés

Selon les circonstances de la patiente, on peut effectuer le transfert sur cycles naturels ou bien sur cycles contrôlés. Avec ces derniers, on obtient en général de meilleurs résultats, grâce à un meilleur contrôle du développement endométrial (paroi utérine où s’implanteront les embryons).

Pour cela, on administre une dose unique d’un analogue à la GnRH qui permet de supprimer la fonction hypophysaire (effet réversible) de la femme. On administre ensuite à la receveuse d’embryons, un traitement (estradiol) exclusivement par voie orale. Après s’être assuré par échographie que l’épaisseur de l’endomètre est adéquate, on ajoute de la progestérone au traitement et on programme le transfert d’embryons (acte non chirurgicale et simple).

Actuellement

Aujourd’hui, la loi prévoit plusieurs destinations pour ces préembryons cryoconservés:

  • Utilisation par la propre patiente ou son partenaire.
  • Don à des fins reproductives.
  • Don à des fins de recherche.
  • Fin de leur conservation sans utilisation. Cette possibilité n’est envisageable que lorsque le délai maximum de conservation prévu par la loi expire sans qu’aucune des alternatives figurant ci-dessus n’ait été choisie.
reproducción asistida